Ederson a déclaré travailler dur pour apprendre l’anglais le plus rapidement possible, insistant sur la nécessité d’avoir une bonne communication avec ses partenaires.

Le gardien Brésilien connaît un très bon départ avec Manchester City. Il n’a pas été battu depuis la frappe stratosphérique de Charlie Daniels le mois dernier à Bournemouth. Cela équivaut à plus de huit heures sans encaisser le moindre but.

Le joueur de 24 ans pense que parler anglais ou même parfois espagnol aide la défense des Skyblues à ne faire qu’un.

"C’est pour ce groupe de joueurs", a dit Ederson.

"Notre équipe fait vraiment de bonnes choses, à la fois défensivement et offensivement. L’ensemble du groupe m’aide tous les jours, ce qui facilite mon adaptation ; ça me rend vraiment heureux.

"J’espère avoir le plus de cleans sheets possibles ! Bien évidemment, la communication est primordiale. Lors de certains matches, je parle en espagnol avec Nico mais j’ai aussi appris l’anglais et ça m’aide déjà beaucoup."


                        Aucune barrière de langue pour Ederson

"Jouer en Premier League a véritablement confirmé ce que je pensais, peut-être même plus. Comme je le disais avant que la saison ne débute, c’est un championnat incroyable, les fans sont extraordinaires, les matches phénoménaux et rien n’est jamais simple.

"C’est exactement comme je l’avais imaginé. Tout est positif pour l’instant, j’en suis très heureux. Je m’intègre bien à la ville et au club. Maintenant, j’espère accomplir encore de plus grandes choses dans le futur."

Le gardien Citizen s’attend à ce que le déplacement de samedi à Chelsea soit un test très dur, mais il maintient que l’équipe ne se préparera pas différemment pour ce choc à Stamford Bridge.

Les tenants du titre de Premier League sont actuellement à trois points derrière City mais sortent d’une impressionnante victoire en Champions League mercredi soir, allant s’imposer 2-1 sur la pelouse de l’Atlético Madrid.

"Si l’on va faire quelque chose différemment ? Non, je ne pense pas. Chaque match a son lot de problèmes, comme celui face au Shakhtar mardi par exemple. Samedi, ce ne sera pas différent. On sait que l’on doit se préparer pour un très gros match et c’est ce qu’on va faire.

"Je suis calme mais mon cerveau est déjà rivé sur ce match. Il y aura une grande intensité et ce sera très exigeant. Je ne pense donc qu’à ce match, qu’à Chelsea. Et après ça, je penserai aux matches avec la sélection du Brésil."