Avant le match de Champions League, Pep et Joao répondaient aux questions de la presse...

Pep est revenu longuement sur les réussites et les échecs de City en Champions League. Pour le coach catalan, affronter l'Atalanta ne sera pas une mince affaire : il s'agit d'une équipe forte avec un jeu libéré, le match de mardi sera donc ouvert : « J'ai eu la chance de rencontrer Gasperini par le passé », a confié Pep Guardiola. « C'est une grande joie de regarder cette équipe jouer : ils sont courageux, ils respectent leurs supporters. La façon dont ils jouent est inhabituelle, ils prennent quelques risques. Dans ce match, les deux équipes vont essayer d'imposer leur jeu, on va devoir s'adapter à un certain degré et ils devront faire la même chose. J'espère que ce sera un match ouvert, l'Atalanta marque beaucoup mais parfois, ils concèdent des buts. On est pareils, ça va être un match animé. »

Joao Cancelo rejoint le manager sur son analyse de l'adversaire du jour en Champions League : ce sera un match ouvert, avec du pressing et de l'intensité : « C'est une équipe forte, physique, ils pressent bien, a confié la nouvelle recrue. Ils ont des joueurs très doués techniquement et je pense que ce match va être compliqué. On va devoir bien jouer parce qu'en face, il y a de la qualité. Je pense que nous sommes deux équipes très fortes, ça va être un match intense et intéressant. »

L'année de la couronne européenne ? 

Rien n'est sûr, de ce point de vue. Le coach et la jeune recrue sont d'accord sur le sujet : il faut rester prudent. « Je veux gagner cette compétition depuis toujours », a commenté Joao Cancelo. « City est une des équipes qui peut gagner la Champions League, sans conteste. » D'un autre côté, « la même chose peut être dite à propos de la Juve, du Barça, du Real. Ces équipes sont tous très fortes, et chacune d'entre elles peut gagner.Personne ne peut être absolument certain (de gagner la Champions League). Il n'y a aucune obligation de gagner parce que personne ne peut le garantir. »

Même son de cloche du côté de Pep, pour qui beaucoup d'équipes peuvent gagner la Ligue des Champions : « Je ne sais pas quand nous serons prêts à gagner la Champions League. On va essayer, mais je ne sais pas si nous la gagnerons. Je n'ai jamais joué un match en me disant que je ne peux pas gagner, mais je n'ai jamais commencé un match en pensant qu'il était impossible de le perdre non plus. Je ne sais pas. J'aimerais être sûr de la gagner, mais je ne sais pas. »

Une marge de progression

Pour le coach, l'équipe doit être plus clinique, plus réaliste dans la surface pour pouvoir rivaliser en Champions League : « On peut améliorer notre façon de réfléchir pour savoir quelles actions sont dangereuses, savoir comment se comporter dans la surface, en défense bien sûr mais aussi en attaque, c'est pour ça qu'il faut qu'on s'améliore. En Champions League on n'a pas 20 occasions pour marquer. Les joueurs le savent. On doit bien jouer pour se créer des occasions et en concéder peu, il faut être solides. »

Mais la Ligue des Champions est aussi une question de contexte et de forme pour chacune des équipes en lice : trois jours avant le match contre Tottenham, City jouait contre Brighton en FA Cup. « Tottenham peut être dangereuse si vous leur laissez de l'espace. Son, Kane, Eriksen... Et en fait, on a concédé très peu d'occasions. Il ne s'agit pas que d'un joueur ou d'un autre. Contre les Spurs, Vinny et Aymeric ont été incroyables mais si vous donnez plus d'un mètre à une équipe en Champions League, ils vont marquer. Parfois la qualification se joue sur de petits détails. »

Le point sur les blessés

Kyle Walker et Nicolas Otamendi vont mieux, ils se sont entraînés dimanche tous les deux. La condition physique de Benjamin Mendy n'est « pas un gros problème » pour Pep Guardiola, puisque c'est « sa plus grande qualité » : « Quand il s'entraîne et qu'il enchaîne les matches pendant plusieurs mois, on voit le meilleur Mendy possible. »