Quatre trophées gagnés en une seule saison, une Premier League avec un nombre record de points marqués, des records à tous les étages et une façon de jouer au football qui a forcément intéressé le pay

Pep Guardiola a eu un impact immédiat depuis son arrivée il y a trois étés, pour le plus grand plaisir de ses fans dans son Espagne natale.

Graham Hunter décrit d’ailleurs une « fierté énorme » pour les exploits des Skyblues lors de cette saison 2018/19.

Basé en Espagne, le journaliste écossais a suivi la carrière de Guardiola de près et a écrit Barca : The Making of the Greatest Team in the World, qui raconte les aventures de Pep dans un club qu’il va façonner à sa main.

Et la fierté dont il parle n’est pas forcément que vis-à-vis des titres remportés, mais plutôt de la manière.

« Il y a eu un intérêt énorme des médias sur la qualité de cette saison en Premier League, dans la course au titre » explique-t-il.

« Quand des légendes de ce sport comme Gary Neville ou Jamie Carragher, qui sont des profils connus en Espagne, dit « c’est le niveau maximal », ces mots ont un échos ici. »

« Que ce soit des commentateurs écrits ou à la radio, il y a une grande fierté des gens sur la conquête de Guardiola et sur le cynisme de certains, qui pensaient que son football ne fonctionnerait pas en Angleterre. »

« Il y a de la fierté car il est en train de créer un nouveau standard dans le football anglais. »

Hunter admet aussi que cette fierté peut se transformer en questionnement sur la domination anglaise mais aussi européenne, en Ligue des Champions.

« Il y a eu beaucoup de gros titres et d’articles sur les matches face à Burnley et Manchester United » ajoute-t-il.

« Le fait que City fasse jeu égal au match retour face à Tottenham a suscité de l’admiration. »

« Je pense que la perception de cette saison sera ‘attention, ils sont sur la bonne voie’ »

« Il y a un autre marché, des joueurs comme Phil Foden, Aymeric Laporte et Raheem Sterling auront vécu une année de plus dans le développement de Pep et ils deviendront plus dangereux. »

« Je pense que l’Espagne va regarder ça de près. »

De retour à Manchester avec sa première FA Cup, Guardiola a longtemps voulu saluer Liverpool pour la course au titre en Premier League.

Il s’agit là peut-être du titre le plus compliqué de sa carrière et pour Hunter, il s’agit peut-être de sa plus grande réussite, que ce soit dans la gestion du stress ou des blessures des joueurs clés.

« Je crois qu’il y a des disparités d’expériences entre les joueurs, le temps passé à City, le genre de joueur qu’ils sont, le type de culture. »

« Pourtant, il y a cet argument qu’il s’agit peut-être de son plus grand triomphe, même sans la Ligue des Champions. »

« Je pense que même sans cette année 2011 avec la demi-finale à Bernabeu et la finale à Wembley, ça pourrait être sa plus belle réussite. »

« Quand il dit que Liverpool fait jeu égal avec le Real de 2011, je crois qu’il le pense vraiment. »

« Et si c’était vrai, que dire de ce titre en championnat ? C’est sûrement son accomplissement numéro un. »